Intuition & Psychanalyse

La question de notre histoire – nous, hommes et femmes – en lien avec ces subtils que sont l’intuition et l’Inconscient m’a toujours intéressée. J’ai d’ailleurs fait des investigations concernant ces sujets, ayant en permanence le soucis de me baser sur des sources sérieuses référencées. Lors de la rédaction de mon mémoire de psychanalyse* d’ailleurs, je les ai mis en lien, et l’intuition s’est révélée être l’un de mes sujets de prédilection.

*Titre de mon mémoire de psychanalyse : “La Psychanalyse, une route vers soi. Emprunter les sentiers de l’intuition”, auteure Magali Grana.

Je vous en livre un extrait. Tous droits réservés ©. Attention, les copies, plagiats ou reproductions de tout ou partie du texte sont interdits.

Magali Grana (extrait pages 58-59) : ©” Ce qui est intéressant de relever c’est le clivage qui a souvent été fait entre « analyse » et « intuition » et les questionnements que cela peut soulever par rapport à la définition de la psychanalyse même. Nous avons vu, à la lumière des philosophes cités mais aussi à la lumière de certains psychologues ou neuroscientifiques, que nous étions soit plutôt doués de raison, soit plutôt doués d’intuition, mais rarement des deux à la fois. Les scientifiques aiment à faire référence à ces fameux « cerveau gauche » et « cerveau droit », le premier qualifiant les analytiques et le second les intuitifs. Je serais plutôt d’avis, comme Damasio, de dire que c’est un continuum. A mon niveau, je trouve l’activité cérébrale tellement complexe que je me dis que cliver ainsi paraît trop basique et trop facile. Donc ne fait-on que de l’analyse en psychanalyse ? La psychanalyse n’est-elle qu’analyse ou est-elle autre chose aussi ? Doit-on opposer intuition et analyse ? J’aurais tendance à répondre non à ces trois questions […]. De par mes lectures sur le sujet déjà, de par les témoignages recueillis, et de par ma simple expérience, je ne doute plus aujourd’hui que la pratique psychanalytique soit également intuitive. Bien évidemment, nous effectuons des analyses, faisons des interprétations, menons des anamnèses, mais il n’y a pas que cela. Il y a aussi toute cette dimension subtile de l’humain, de l’analysant, de l’analyste, logée dans l’Inconscient. L’intuition est pour moi tout ce subtil de la relation analytique. Si je poussais ma réflexion un peu loin je dirais même que la psychanalyse est une discipline intrinsèquement intuitive. C’est mon avis et mon positionnement.” ©