Hypnose Ericksonienne

Texte : Magali Grana.

L’hypnose Ericksonienne – Qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’une pratique qui porte le nom de son inventeur, Milton H. Erickson, psychiatre américain (1901-1980). Pour reprendre ses termes, l’hypnose, c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne.” (Milton Erickson).
Le dictionnaire Larousse définit l’hypnose en ces termes : « État de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion. »

« L’état de conscience particulier, entre la veille et le sommeil » est aussi appelé état hypnotique ou état modifié de la conscience. Qu’est-ce que cela veut dire? Tout d’abord, soulignons qu’il s’agit d’un état physiologique complètement naturel chez l’être humain. Il est quotidien. Il nous arrive de le vivre plusieurs fois dans la journée. Lorsque nous nous mettons à rêvasser les yeux ouverts, lorsque nous sommes plongés dans une lecture ou un film (et que nous les vivons), ou lorsque nous effectuons un morceau de route en voiture sans nous en rendre compte, nous vivons un état modifié de notre conscience. En tant que composante physiologique de l’être humain, il est logique de dire que l’état hypnotique est à la portée de tout le monde, accessible.
A noter, en parallèle, que l’état de veille porte le nom d’état habituel de conscience (ou état de conscience habituel) et celui de sommeil porte bien son nom. Il n’est pas nécessaire en conséquent d’être en état de sommeil ou endormi pour être en état d’hypnose.

Lors d’un état hypnotique suggéré en séance d’hypnose, l’inconscient est plus actif et donne donc plus facilement accès à ses ressources (créatives, intuitives…), celles présentes dans l’hémisphère droit du cerveau. En ce sens, l’hypnose Ericksonienne favorise la (re)activation du potentiel créatif.

Comment accompagne-t-on en hypnose Ericksonienne?

Je reprends cette citation de Milton Erickson. “La première chose à faire en psychothérapie est de ne pas essayer de contraindre l’être humain à modifier sa manière de penser ; il est préférable de créer des situations dans lesquelles l’individu modifiera lui-même volontairement sa façon de penser.”

En d’autres termes, le praticien en hypnose Ericksonnienne accompagne dans une neutralité bienveillante la personne en demande. Il tient compte des désirs de la personne et ne peut l’orienter à lui faire faire ou à penser ce qui n’est pas désiré ou ne correspond pas à ses valeurs morales. Le respect de la personne est primordial.

Le praticien accompagne la personne à déterminer ses propres objectifs conscients, orientés solution. Vient ensuite la phase d’accompagnement à proprement parler via un guidage et des suggestions adaptées de la part du praticien permettant l’accès à l’état hypnotique, puis la phase de travail guidée, pour enfin revenir à un état de conscience habituel.

Chaque problématique fait l’objet d’une discussion en première séance, et prépare à l’élaboration de la détermination d’objectifs.

La séance dure généralement 1h30.

L’hypnose Ericksonienne, pour qui ?

L’hypnose Ericksonienne s’adresse à tous.

Cependant, comme dans toute pratique, il y peut y avoir des contre-indications.

L’hypnose Ericksonienne n’est pas indiquée chez les personnes souffrant de troubles de la dissociation, ou de psychoses diagnostiquées : schizophrénie, paranoïa, ou certains troubles des états limites. Elle n’est pas non plus indiquée chez les sujets avec troubles du spectre autistique.

Photo M. Grana

Note : Les pratiques proposées s’inscrivent dans le cadre d’une démarche de connaissance de soi, de bien-être, de mieux-être et de développement personnel.

Elles ne se substituent pas à un avis médical, à un suivi médical ou à un traitement médical. Elles ne sont pas vouées non plus à poser des diagnostics. En cas de pathologie déjà diagnostiquée, vous devez en première instance consulter votre médecin traitant ou votre spécialiste.